Une brève histoire de l’avenir

15 septembre 2009

Lors de notre dernier club de lecture notre ami Daniel Charron nous exposait sa plus récente lecture « Une brève histoire de l’avenir » de Jacques Attali. Ouvrage dans lequel l’auteur nous raconte sa vision de l’histoire des cinquante prochaines années.
Jacques Attali, est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français. Ancien conseiller de François Mitterrand et président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.
Excellent ouvrage qui couvre les grands traits de l’histoire de l’Homme de la préhistoire à aujourd’hui. Jacques Attali prédit même la fin de l’empire américain (le livre a été écrit en 2006 et avant la crise financière) et aborde les concepts de l’hyper conflit, l’hyper empire et l’hyper démocratie.

Je vous invite à consulter ce résumé du livre fait par Daniel Charron, Ph.D en économie et Vice-Président chez Octane

Aussi un magnifique reportage d’un peu plus d’une heure a été produit par ARTE France et réalisé par Pierre-Henry Salfati, que vous pourrez retrouvez facilement sur YouTube.
Sinon, je vous invite à voir cet extrait :

Popularity: 4% [?]

Partager:
  • email
  • Print
  • PDF
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Google Bookmarks
  • Facebook
  • Yahoo! Bookmarks
  • Wikio FR
  • Digg
  • Ping.fm
  • Twitter
  • StumbleUpon

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , ,

Un commentaire sur “Une brève histoire de l’avenir”

  1. Pier-Alexandre Drouin dit :

    En faisant quelques lectures ce matin j’ai tombé sur un très bon résumé du livre « Une brève histoire de l’avenir » que Daniel a présenté au club. Assez long mais bien intéressant!

    Titre: « Une brève histoire de l’avenir ». Auteur : JACQUES ATTALI
    LECTURE DE LIVRE 1ière partie
    M. Attali explique que l’évolution du monde économique (il l’appelle l’ordre marchand) s’est toujours produite par étapes. Des « chocs » provocateurs du changement, parfois radicaux, tout autant que de petits soubresauts, souvent imperceptibles de conséquences, ont entraîné ces étapes. Une succession de neuf “coeurs” ont dominé, tour à tour, le monde du commerce à travers le temps, les voici : Bruges, Venise, Anvers, Gênes, Amsterdam, Londres, Boston, New York et Los Angeles.
    Chaque “coeur” qui succède à son concurrent d’avant a des atouts supérieurs (technologiques, énergétiques, géographiques et financiers) et règne pendant une période assez longue en maîtrisant son centre et sa périphérie. Lorsqu’il doit dépenser trop pour maintenir sa sécurité intérieure contenir ses rivaux, l’essoufflement est inévitable et le déclin arrive.
    Le prochain coeur pourrait être San Diego. Cette ville est bien située pour faire du commerce avec l`Asie et est un centre de haute technologie. Selon M. Attali, l’empire américain est sur le déclin mais il ne voit pas encore d’autres concurrents assez forts pour prendre cette place et devenir une hyper-puissance.
    La fin d’un empire n’est pas sans conséquences. Nous vivons présentement le déclin de l’empire américain. Il est évident que ce dernier se débat afin de demeurer l’hyper-puissance d’autrefois mais, même si sa fin de règne est inévitable, elle peut s’étirer et on doit alors envisager la possibilité que cet empire ne sera jamais dépassé avant des dizaines d’années mais seulement approché ou, au mieux, égalé.
    Cette ère de transition a aussi son lot de questionnements :
    Le pétrole manquera-t-il dans 20 ou 50 ans?
    Trouvera-t-on des énergies de substitution?
    Les ouvriers exploités des usines d’Asie se révolteront-ils?
    Le cours de la monnaie chinoise et de l’euro sera-t-il deux ou trois fois la valeur du billet vert (US) dans un avenir proche?
    Les nanotechnologies: menace ou chance pour l’humanité?
    LES FORCES DE LA PUISSANCE VAILLANTE QUE SONT LES USA
    La Californie est en très bonne position pour que les compagnies prospèrent encore longtemps. Ce centre de haut savoir technologique est la 8ième économie du monde. De plus, elle s’avère être en bonne position pour faire du commerce avec l’Asie montante, ayant beaucoup de ports importants directement sur le Pacifique. La Californie est la région la plus verte des États-Unis et assumera son rôle de leader de la future économie propre. Le réseau universitaire est de calibre mondial, faisant en sorte de maintenir la qualité des connaissances nécessaires à la croissance et au développement des idées nouvelles. De plus, le dollar américain qui est la monnaie dominante le restera encore longtemps avant qu’un changement arrive entraînant une autre forme de réserve monétaire.
    Les deux tiers des échanges commerciaux du monde se feront à travers l’océan pacifique puisque le Japon, la Chine, l’Inde, la Russie, l’Indonésie, la Corée, l’Australie, le Canada, le Brésil et le Mexique augmenteront leur puissance économique. À noter que ces pays ont tous un accès direct ou à proximité du Pacifique. Ce dernier deviendra-t-il un enjeu stratégique pour déclencher une guerre?
    Un autre enjeu qui semble paradoxale est que, dans des pays comme le Japon et le Canada, la population est vieillissante. Une alternative pour conserver ou augmenter une croissance économique sera l’immigration mais, en général, le nombre des habitants du globe augmente trop vite pour la quantité d’aliments disponibles. Pensons seulement plus préoccupante à l’échelle planétaire.à la Chine et l’Inde. La rareté en nourriture, en eau et en énergie deviendra encore plus préoccupante à l’échelle planétaire.
    L’HYPER-EMPIRE:
    L’ordre marchand prendra peu à peu le contrôle des affaires du monde écrasant, sur son passage, les services publics, la démocratie, les états ainsi que les nations. Le monde deviendra polycentrique avec deux puissances majeures sur chaque continent. Le fait de ne plus avoir de super puissance comme les États-Unis, mais des nations plus égales entraînera des conflits et des guerres d’où l‘hyper-conflit. Pour organiser la politisation planétaire, il y aura une montée en force des organismes non gouvernementaux (ONG), comme GREENPEACE, ainsi que des agences de crédit, des assureurs, des fédérations et des grands conglomérats appuyés par les fonds souverains, afin d’affaiblir et dicter leurs ordres aux états du monde.
    L’HYPER-CONFLIT:
    La faiblesse des États-Unis et la montée des puissances régionales amèneront sans doute des affrontements où l’ambition de l’un empiètera sur l’ambition de l’autre. Une structure étatique plus faible rend difficile aussi la maîtrise de la violence. La course aux armements des états pourra conduire à une montée de tension tantôt régionale puis mondiale. Les armements de plus en plus sophistiqués seront mis à la disposition d’organisations et de regroupements déstabilisateurs. Les guerres de rareté (pétrole et eau) pourront être une source potentielle de conflits. Les démocraties subiront des pressions énormes.
    L’HYPER-DÉMOCRATIE:
    Avant de s’autodétruire, l’homme prendra conscience que chacun a besoin de l’autre et ainsi naîtra une classe de l’espèce humaine que M. Attali nomme les « transhumains ».
    Cette nouvelle génération sera soucieuse d’aider, de comprendre et, surtout, de laisser un monde meilleur à la prochaine génération. Ceux qui appartiendront à cette nouvelle génération ne se croiront pas les propriétaires du monde, ils admettront qu’ils n’en ont que l’usufruit. Ces « transhumains » créateurs et porteurs d’innovations sociales, au service de tous, feront faire un bon de géant à l’humanité. Nous pourrions entrer dans l’ère de la mise en place d’institutions planétaires cohérentes, permettant à l’humanité de ne pas succomber sous les coups de l’hyper-conflit et d’éviter ses ravages.
    CONCLUSION :
    Voici les grandes lignes de ce livre passionnant. Si vous désirez avoir une idée des bouleversements de notre avenir, tant positifs que négatifs, cet ouvrage est une excellente projection de notre futur. Les leçons pour l’avenir, relevés tout au long du livre, se révèlent être des enseignements qui se répètent dans le temps. Un bijou pour les curieux.

Laisser une réponse