Mise en garde : Pour spéculateur, coeur sensible s’abstenir

20 novembre 2009

Depuis quelques mois sont apparus sur les marchés financiers de nouveaux produits encore très mal connus du public, ce sont les fonds négociés en Bourse à effet de levier et à effet de levier inversé, commercialisé sous les marques Horizon BetaPro. Ces produits se transigent comme des actions et ils sont conçus pour doubler les variations journalières des indices sous-jacents à la hausse ou à la baisse.

Ainsi, selon les lectures du marché, les investisseurs peuvent augmenter leur espérance de rendement en misant sur les hausses ou les baisses de secteurs comme l’énergie, l’or, les ressources naturelles, les services financiers, le S&/TSX composite et bien d’autres.

Toutefois, l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM), anciennement l’ACCOVAM, a émis un communiqué à  l’attention des conseillers en placement concernant l’importance de bien connaître son client et de s’assurer que ces produits se retrouvent entre les mains d’investisseurs comprenant les risques reliés associés.

Ces produits visent à doubler les rendements de l’indice qu’il reproduit. Celà est  vrai à la fin de la première journée de détention de ces fonds. Toutefois, si la détention de ces titres est d’une durée plus grande qu’une journée, les pertes possibles peuvent être abyssales! Il est donc très important de comprendre comment ils fonctionnent.  De plus, les frais de gestion associés à ces fonds sont relativement élevés et viennent réduire ainsi l’espérance de rendement.

Bernard Mooney, dans lesaffaires.com du 2 octobre dernier, nous donne l’exemple suivant :

« Supposons que vous investissiez 100 $ dans trois FNB : le premier est le FNB classique qui reproduit l’indice, le deuxième double le rendement quotidien à la hausse de l’indice (FNB haussier), et le troisième réalise le double de l’inverse de l’indice (FNB baissier).

La première journée, l’indice grimpe de 10 %. Le premier fonds vaut alors 110 $, le deuxième 120 $ (100 $ + 2 X 10 %, soit 20 $) et le troisième 80 $ (100 $ – 2 X 10 %).

Le lendemain, l’indice perd 10 %, ce qui équivaut à un rendement moyen de zéro pour les deux jours. Le FNB classique vaut alors 99 $ (110 $ – 10 %, soit 11 $). Le FNB haussier vaut 96 $ (120 $ – 2 X 10 %, soit 24 $), tout comme le FNB baissier. Si vous répétez cette séquence durant 10 jours, les deux fonds à levier vaudront 81,54 $, tandis que le FNB classique vaudra 95,10 $. Poursuivez cette séquence pendant six mois, et chacun de vos FNB à effet de levier ne vaudra plus que 2,54$.

Pendant que le marché aura fluctué quotidiennement sans reculer durant cette période, vous aurez perdu 97,4 % de votre capital !!! »

Récemment, Valeurs Mobilières Desjardins nous a informés que tous ses conseillers en placement ne pourraient plus solliciter les clients avec ces produits et que seulement des ordres non sollicités seraient acceptés à condition que le client ait signé son octroi à l’attribution d’une partie de son portefeuille à des titres spéculatifs.

Bref, à moins que vous soyez un boursicoteur aguerri ayant une vision à très court terme ou un investisseur institutionnel voulant faire de la couverture de risque, les fonds négociés en Bourse à effet de levier ne sont pas pour vous.

Popularity: 4% [?]

Partager:
  • email
  • Print
  • PDF
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Google Bookmarks
  • Facebook
  • Yahoo! Bookmarks
  • Wikio FR
  • Digg
  • Ping.fm
  • Twitter
  • StumbleUpon

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Laisser une réponse