Facebook et l’indice Nasdaq 100

12 juin 2012

Parmi toutes les places boursières qui rivalisaient pour l’accueillir, Facebook a finalement choisi NASDAQ. Pourquoi?

Tout simplement pour profiter des nouvelles règles qui viennent d’y être adoptées. La période de grâce au terme de laquelle une société effectuant un premier appel public à l’épargne peut aspirer à faire partie de l’indice NASDAQ 100 a été ramenée, en effet, de un an à seulement trois mois. Ainsi, Facebook devrait être admise dans l’indice dès décembre prochain, au moment de son rééquilibrage annuel.

C’est alors que le plus gros fonds négocié en Bourse (FNB) du secteur de la technologie, le très prestigieux et très puissant PowerShares QQQ (QQQ), dont l’objectif est de refléter le rendement du NASDAQ 100, pourra investir dans Facebook. Avec un actif sous gestion de 50 G$US, ce fonds devrait influer sur la demande et pousser le cours à la hausse. Mais plusieurs autres FNB n’attendront pas jusque-là avant d’inclure le titre de Facebook dans leur portefeuille.

Selon le Financial Times, le Global X Social Media Index Fund (SOCL) a ouvert la marche. Le First Trust Dow Jones Internet Fund (FDN), le PowerShares NASDAQ Internet Portfolio (PQNI) et l’ETRACS Next Generation Internet (ETN) vont bientôt lui emboîter le pas.

Soulignons, en terminant, que Facebook n’est pas admissible, pour le moment, à l’indice S&P 500, qui exige des entreprises que leur capital flottant soit d’au moins 50 %.

Il n’est que de 15 % dans le cas de Facebook. La majorité reste entre les mains du fondateur, Mark Zuckerberg (22 %), et d’une poignée d’actionnaires importants, dont la banque d’affaires Goldman Sachs.

Pour voir l’article original dans le journal Métro cliquez ici : journalmétro11juin2012

Popularity: 2% [?]

Partager:
  • email
  • Print
  • PDF
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Google Bookmarks
  • Facebook
  • Yahoo! Bookmarks
  • Wikio FR
  • Digg
  • Ping.fm
  • Twitter
  • StumbleUpon

Mots-clefs : , , , , , , ,

Laisser une réponse