Croyez-vous aux investissements saisonniers?

9 novembre 2009

Le mois d’octobre a été l’un des pires mois de l’année pour les indices du S&P/TSX et du S&P 500 alors que ceux-ci ont reculé pour la première fois depuis le mois de février.

On constate que le mois d’octobre a la réputation d’offrir de mauvaises surprises aux marchés boursiers tandis que  novembre marque le début d’une période particulièrement forte pour ceux-ci.

Depuis 1950, l’indice du S&P 500 a réalisé un gain moyen de 1.7% pour les mois de novembre, se classant à égalité au premier rang avec décembre.  Les mois de janvier seraient au troisième rang, avec un gain moyen de 1,3%.

Pour le marché canadien cependant, cette tendance n’a pas été aussi forte.  Depuis 1985, l’indice S&P/TSX a obtenu un gain moyen de 0,8% pour novembre… Pas mal, mais rien de comparable avec les mois de décembre, qui ont obtenu un gain moyen de 2,6%.

Comment expliquer ces rendements saisonniers?  Pour le marché canadien, certains tentent de le justifier par la variation des inventaires dans le secteur de l’énergie.  Le mois de novembre représente une période d’accalmie entre la période estivale : où l’on retrouve une forte demande pour l’essence (les vacances), le gaz naturel et l’électricité (climatisation) tandis que la période hivernale est caractérisé par une augmentation de la consommation d’énergie pour le chauffage.

Au cours des 20 dernières années, le sous indice de l’énergie du S&P/TSX a enregistré des pertes 70% du temps au cours des mois de novembre, dont huit mois en baisse de plus de 5%.

L’histoire nous démontre ainsi qu’autant pour les marchés canadien qu’américain, novembre marque un point d’entrée attrayant pour les investisseurs saisonniers. En moyenne, les périodes de novembre à janvier ont souvent représenté plus de la moitié des gains boursiers au cours d’une année. 

De plus, depuis 1950, le marché américain a affiché un rendement négatif pour les périodes de novembre à janvier à deux reprises seulement.  Ces mêmes périodes ont représenté des gains de plus de 10% dans 23% du temps.  

Si vous croyez aux investissements saisonniers ou si vous pensez comme plusieurs que ce n’est que le hasard, il faut admettre que ce genre de statistiques est difficile à ignorer.

(Source : Stock Trader’s – Almanac)

Popularity: 1% [?]

Partager:
  • email
  • Print
  • PDF
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Google Bookmarks
  • Facebook
  • Yahoo! Bookmarks
  • Wikio FR
  • Digg
  • Ping.fm
  • Twitter
  • StumbleUpon

Mots-clefs : , , , ,

Laisser une réponse