18 mai 2012

Voici un aperçu des faits marquants de la semaine se terminant le 18 mai 2012 dans les marchés financiers et dans l’économie:

• États-Unis : modération des ventes au détail, de l’inflation et de l’indicateur avancé.

• Rebond des mises en chantier et de la production industrielle aux États-Unis en avril.

• Canada : les ventes manufacturières augmentent plus rapidement qu’attendu.

• Canada : l’inflation passe de 1,9 % à 2,0 % et l’indice de référence augmente plus que prévu.

• Les problèmes de la zone euro et de la Chine font chuter les Bourses.

• Le taux des obligations américaines de dix ans frôle de nouveaux creux.

• Le dollar canadien baisse à 0,98 $ US.

Source: Études Économiques Desjardins

Popularity: 2% [?]

7 mai 2012

Voici un aperçu des faits marquants de la semaine se terminant le 4 mai 2012 dans les marchés financiers et dans l’économie:

• Une autre croissance décevante de l’emploi américain.

• États-Unis : l’indice ISM manufacturier surprend à la hausse, tandis que l’ISM non manufacturier a diminué.

• Canada : baisse surprise du PIB réel par industrie.

• L’emploi tétanise les Bourses; le S&P/TSX réagit vivement au PIB canadien.

• Les anticipations de hausses de taux s’amenuisent au Canada.

• Le dollar américain rebondit en raison de l’inquiétude envers l’économie mondiale.

Source: Études Économiques Desjardins

Popularity: 2% [?]

27 avril 2012

Voici un aperçu des faits marquants de la semaine se terminant le 27 Avril 2012 dans les marchés financiers et dans l’économie:

• La Réserve fédérale maintient le cap.

• Ralentissement du PIB réel l’hiver dernier aux États-Unis.

• États-Unis : première hausse du prix des maisons existantes depuis avril 2011.

• Canada : hausse étonnante des ventes des grossistes et légère réduction des ventes au détail.

• Canada : le taux annuel d’inflation totale recule encore.

• Les bons résultats d’entreprises réconfortent les investisseurs.

• Les taux canadiens continuent de distancer les taux américains.

• Le dollar canadien atteint 1,02 $ US.

Source: Études Économiques Desjardins

Popularity: 1% [?]

23 avril 2012

Les médias en ont fait état abon­damment : cette année marque le centenaire du naufrage du RMS Titanic, pourtant réputé insubmersible.
D’immenses entreprises d’en­­ver­gure internationale, solides, stables et rentables, semblent aujourd’hui connaître le même sort que ce paquebot légendaire.

Contre toute attente, leur action s’effondre subitement, que ce soit en raison d’une mauvaise gestion, de malversations ou de retards technologiques, notamment.

Pensons à des fleurons de l’économie canadienne dont l’étoile a pâli du jour au lendemain : Nortel, Groupe Pages Jaunes, Research in Motion, Sino-Forest et, récemment, SNC-Lavalin. Comme vous le voyez, on ne parle pas de peti­tes sociétés sous-capitalisées…

Aux États-Unis, les cas d’actions soudain torpillées sont encore plus nombreux et aigus.

N’importe quel investisseur  boursier voudrait se prémunir contre de pareilles déconfitures. Comment? C’est facile : en utilisant des fonds négociés en Bourse (FNB) ou des fonds de placement, dont l’actif est réparti entre une grande variété de titres, assurant ainsi une saine diversification et un contrôle adéquat du risque.

Prenons, par exemple, le secteur de la technologie, très volatil depuis 10 ans. Le FNB QQQ permet d’investir dans les 100 entreprises américaines qui composent le NASDAQ 100. Certes, Apple compte déjà pour 20 % de l’indice, mais le FBN détient aussi des participations dans 99 autres sociétés.

Et, suivant les règles élémentaires de la diversification, vous ne vous limiterez pas à ce seul FNB : en effet, il ne faut jamais mettre tous vos œufs dans le même panier!

En mettant l’accent sur la plus large diversification possible, vous pourrez dormir en paix.

Pour voir l’article original dans le journal Métro cliquez ici : journalmétro23avril2012

Popularity: 2% [?]

 
Pages12345...Last »