CANADA – La baisse des mises en chantier confirme la transition de l’immobilier

10 août 2010

Pour un troisième mois consécutif, le nombre de mises en chantier résidentielles a diminué en juillet. Même si la réduction est moins prononcée que prévu, la tendance demeure sans conteste à la baisse. La disparition graduelle des facteurs temporaires ayant gonflé l’activité au sein du marché immobilier depuis l’automne dernier ainsi que l’entrée en vigueur en avril des nouvelles normes en matière de prêts hypothécaires affectent visiblement les mises en chantier au pays. De plus, l’introduction en juillet de la nouvelle taxe de vente provinciale en Ontario et en Colombie-Britannique a sans doute accentué les difficultés des mises en chantier dans ces deux provinces.

Le ralentissement du marché immobilier semble d’ailleurs se généraliser depuis quelques mois. Le nombre de maisons existantes vendues au pays est en baisse depuis mars dernier et leur prix moyen était en juin à son plus bas niveau depuis août 2009. Pour l’instant, l’indice des prix des logements neufs (soit l’ensemble des habitations neuves construites au pays) est toujours en hausse. Cela ne semble toutefois qu’une question de temps avant qu’un ralentissement soit aussi observé par cette statistique.

Malgré les résultats décevants des derniers mois, il n’est évidemment pas question d’effondrement du marché immobilier canadien, mais plutôt d’une phase de transition entre  une période d’activité hors du commun vers une progression plus soutenable à moyen et à long terme. En attendant l’atteinte d’un nouvel équilibre, la contribution de l’investissement résidentiel à la croissance économique sera nettement moins favorable que lors des trimestres précédents.

Source: Études Économiques Desjardins

Popularity: 1% [?]

Partager:
  • email
  • Print
  • PDF
  • LinkedIn
  • del.icio.us
  • Netvibes
  • Google Bookmarks
  • Facebook
  • Yahoo! Bookmarks
  • Wikio FR
  • Digg
  • Ping.fm
  • Twitter
  • StumbleUpon

Mots-clefs : , , , , , , ,

Laisser une réponse